Vous êtes ici : Les dossiers famille > Vie pratique > La famille et le rachat de crédit : les différents cas de figure

La famille et le rachat de crédit : les différents cas de figure

Le rachat ou regroupement de crédits est une opération de banque qui consiste à faire racheter plusieurs emprunts en un seul, l’intérêt réside dans la proposition d’un nouveau plan de remboursement et par conséquent la réduction des mensualités. Cette opération a la particularité de s’adapter aux besoins du demandeur, ce qui convient parfaitement aux familles qui ont parfois des situations atypiques et qui recherchent des solutions sur mesure. Point complet sur ce financement et son rapport à la famille.

La famille et le rachat de crédit : les différents cas de figure

L’intérêt de faire racheter ses crédits

En France, 36% des ménages qui remboursent des crédits ont des enfants, ils sont 31% à avoir entre 1 et 2 enfants plus exactement. Le budget familial est donc au centre du fonctionnement de la plupart des foyers Français et le crédit est un moyen de pouvoir réaliser des projets, c’est-à-dire accéder la propriété, financer un véhicule familial (voir le top 10), ou encore réaliser des projets loisirs (vacances, sorties, autres).

Tous ces crédits peuvent impacter les finances d’une famille, c’est-à-dire que les mensualités peuvent devenir lourdes (suite à une accumulation de prêts ou à des incidents de la vie, des imprévus) et donc impacter l’équilibre entre revenus et dépenses. Le rachat de prêts permet de faire regrouper ses crédits en un seul, proposant ainsi de rééchelonner la durée de remboursement et de réduire le montant de la mensualité qui devient unique.

Ce financement éviter les situations à risque comme le surendettement, il permet également de stopper une accumulation de crédits, néfaste au bon fonctionnement du budget familial. Cette opération a un coût (voir le simulateur Solutis pour se faire une idée de mensualité réduite), et le demandeur doit notamment répondre de certaines prérogatives, c’est-à-dire que les établissements de crédits imposent des critères de recevabilité (taux d’endettement maximum, minimum de reste pour vivre, revenus fixes, contrat CDI ou équivalent, absence de fichage bancaire, etc..).

Séparation, divorce : réajuster ses mensualités

La vie nous réserve parfois des surprises, sur le plan professionnel comme personnel, une séparation ou un divorce ne sont plus des faits anodins, les mœurs évoluent et les modes de vie des foyers également. Simplement, en cas de séparation, le remboursement des crédits se complique car un emprunt souscrit à deux implique une solidarité de la dette, c’est-à-dire que l’emprunteur et le co-emprunteur sont tous deux concernés par le remboursement intégral du crédit.

Mettre en place un rachat de crédits lors d’une séparation est possible, il faut simplement l’accord du co-emprunteur, sauf que généralement, les anciens conjoints ne vont pas mettre en place un rachat de leurs prêts pour continuer un remboursement conjoint, c’est bien souvent l’un des deux conjoints qui s’acquitte de rembourser les dettes, grâce au rachat de soulte.

Séparation : qui garde la maison ?

Dans le cadre d’un crédit immobilier, il faut que le jugement de divorce soit prononcé ou que la séparation soit actée (rupture de contrat, dans le cadre d’un PACS par exemple), l’emprunteur qui va reprendre la propriété du bien doit procéder avec son ex-conjoint à la liquidation du bien immobilier devant un notaire (voir ici pour le coût), ce dernier va définir le montant du projet à racheter, c’est-à-dire la part (ou soulte) de son ex-conjoint pour que la pleine propriété lui soit attribuée. Dès lors que la liquidation du bien a été prononcée, l’ancien conjoint est libéré de toute propriété et donc de remboursement de la ou des dette(s) (s’il y a par exemple des crédits à la consommation en cours).

L’emprunteur qui a récupéré la propriété peut alors entreprendre son projet de rachat de crédit ou de regroupement de prêts pour réajuster les mensualités à ses capacités de remboursement.

Cas spécifiques : la famille nombreuse et le prêt étudiant

Certaines situations familiales suscitent des interrogations, comme c’est le cas avec les familles nombreuses. Les coûts de consommation sont plus importants que pour une famille classique, il faut pouvoir nourrir les membres de la famille et assurer le bon fonctionnement de tous les autres postes de dépenses (habillement, loisir, école, etc…). Les crédits permettent de réaliser des projets, mais aussi de soutenir la consommation de certains ménages (comme avec le prêt renouvelable par exemple).

Dans le cadre d’un rachat de prêts, la situation de la famille est évaluée dans son ensemble et il est bon de savoir que les allocations familiales sont prises en compte dans la faisabilité du projet. L’âge des enfants est primordial pour l’étude car l’établissement de crédit va calculer le montant et la durée de chaque allocation versée. Au-delà, les revenus classiques sont pris en compte et il faut au minimum un contrat pérenne (CDI, titulaire) ainsi que des revenus fixes pour que le financement soit accordé.

En matière de prêt étudiant (prêt classique et garanti par l’Etat), deux cas de figures se présentent. L’étudiant le fait racheter (avec ou sans autre crédits) lorsqu’il devient adulte, cela permet de réduire ses mensualités et de commencer une vie active plus sereinement. Autre cas de figure, l’étudiant peut faire racheter son prêt par ses parents. Les parents sont bien souvent les cautions en cas de non-paiement, ils peuvent alors faire valoir leur droit de rachat du crédit.

Le rachat de prêt par un proche (prêt entre particuliers)

Le prêt entre particuliers est actuellement en pleine croissance, il faut dire qu’avec la dernière crise financière et les bénéfices des banques, les ménages semblent avoir de moins en moins confiance envers les organismes financiers. De ce fait, ils privilégient de plus en plus le recours au crédit entre particuliers, notamment pour les ménages ne pouvant bénéficier de financements suite à leur situation personnelle (fichage, refus de prêt, CDD, intérim, etc…).

Cette approche fonctionne également avec le rachat de crédits, on peut solliciter un proche par exemple pour lui demander de rembourser ses crédits en cours, en échange, le créancier s’engage à rembourser les dettes et des intérêts sur une durée plus longue. Cette solution est pratique et repose sur un échange plus humain, simplement il faut bien contractualiser cet échange pour que le créancier et le prêteur ne soient pas lésés (voir la liste des obligations fiscales). Il faut rédiger un contrat incluant les modalités de remboursement et spécifiant les possibles clauses entre les parties concernées.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : YRgGNC

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires